Ecole n°3 – mai 2018

16

Suite à la destruction par la police de l’« école » n°2, nous avons reconstruit dans les environs, à la demande d’un groupe d’habitants d’une centaine de personnes, un abri polyvalent pouvant servir d’ « école » au moins un jour par semaine pour dessiner, peindre, apprendre ou revoir quelques notions d’écriture. Comme chaque fois, le lieu d’implantation a été désigné par les habitants. Très central, il a permis que l’abri serve aussi pendant tout l’été à ombrager des discussions collectives, jeux de cartes, repas de fêtes, etc.

L’ abri a été construit en une journée et demi précédée d’une journée pour couper les bambous de construction à récupérer dans un jardin.  Les bambous sont plantés en V dans des parpaings, fixés en pied par de la terre du site tassée par les enfants. Les éléments de structure et la toiture sont liés par des cordes. La couverture du toit est faite d’une grande bâche de récupération, rigidifiée par des tasseaux fins. Un travail rapide de terrassement a permis d’éviter l’inondation du sol contre la pente, la forme du toit donnant lieu par ailleurs à l’invention d’une gouttière biaise jusqu’au sol, malheureusement construite de façon trop fragile. La construction en revanche s’est révélée très solide, y compris dans son utilisation comme support de balançoires improvisées, galipettes suspendues et support de hamacs.

Les habitants ont participé au terrassement, les enfants et adolescents prenant en charge l’enfouissement des parpaings et le tassement de la terre autour des pieds de bambous. Des doutes sur la solidité de l’ouvrage ont été exprimés pendant la construction. Laura, sur le seuil de la maison d’en face a déclaré sa satisfaction d’une « construction comme en Afrique ». La remarque a circulé et emporté l’adhésion.

Le mobilier co-construit pour l’école en planches de récupération (tables et chaises) a été utilisé par les habitants et dispersé. On a donc utilisé d’autres mobiliers présents sur le site.

Cet abri d’été est mobile et a été démonté fin septembre, les bambous stockés pour une reconstruction de saison.


Durée du chantier : 1 jour et demi + préparation

Matériel récupéré : bambous, bâche

Matériel acheté : parpaings, corde, tasseaux

Ont participé à ce chantier avec Système B : les enfants du bidonville, Anthony, Jacques et Marion, Jim

Financement (construction, outillage, frais de transport) : Fondation Sainte-Geneviève

Matériel scolaire : dons de l’école maternelle Michelis à Neuilly-sur-Seine

Publicités